cealex
USR3134

bandeau

cnrs

La Presse Francophone d'Égypte numérisée - PFEnum
Sommaire général
La PFE fête ses 10 ans!
Colloque, mars 2014, Athènes

Article : 200 ans de presse francophone en Égypte
Liste des journaux et périodiques francophones imprimés en Égypte depuis 1798
Bibliographie

Exemplaires numérisés en ligne

Janvier 2012. Bilan et perspectives
Le film : La Presse Francophone d'Égypte, février 2012
Colloque, juin 2011

La Pfe fête ses 10 ans !

La PFE fête ses 10 ans ! C’est en 2004 qu’un petit groupe de 5 personnes s’est réuni pour envisager le sauvetage de la presse francophone d’Égypte : Alexandre Buccianti, journaliste, Louis-Jean Calvet, linguiste, Gilles Kraemer, journaliste, Robert Solé, journaliste et écrivain, et moi-même. Depuis, nous avons réalisé une bonne partie de nos objectifs, notamment grâce à l’aide de la Région Paca (2006-2007), puis de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) qui nous a soutenus financièrement pendant 3 années, de 2009 à 2011, nous permettant d’acheter du matériel professionnel pour la numérisation des journaux. De 2007 à 2011, Gaël Pollin a été le premier à diriger l’équipe de 8 collaborateurs qui ont été affectés à plein temps dans ce nouveau Service du CEAlex ; Jessie Maucor lui a succédé pendant une année (1) et depuis le 1er janvier 2013, l’égyptologue Marie-Delphine Martellière tient les rênes de l’équipe.

Les chercheurs professionnels et les lecteurs intéressés disposent maintenant de plus de 40.000 pages en ligne, entièrement océrisées. Certes, nous sommes loin du compte pour espérer être exhaustifs, mais ce résultat cumulatif permet déjà de distribuer aux étudiants des sujets de maîtrise, voire de doctorat. Un volume sera publié cet été sur les résultats auxquels nous sommes arrivés et une nouvelle réunion rassemblera les membres du groupe à Athènes au début du mois de mars prochain (cf. le programme joint).

Il y a 10 ans, nous étions des pionniers isolés dans ce souci de sauver cette presse éphémère et l’immense trésor documentaire qu’elle contient. Notre but est désormais d’élargir cette expérience à d’autres presses rédigées dans une autre langue que celle du pays. Un nouveau projet s’est fait connaître en 2012 avec le lancement du groupe Transfopress. Monté par l’Université de Versailles-Saint-Quentin, il s’est d’emblée intéressé à la presse en langue non-nationale dans sa globalité, tels les journaux français publiés au Brésil entre 1860 et 1930 ou la presse anglophone à Paris dans les premières décennies du 19e siècle (cf. le site internet www.transfopress.com). Le compte-rendu ci-joint de la réunion tenue fin novembre à la Bnf montre l’ambition de ce projet. Nous rompons avec l’isolement et nous apporterons notre pierre à ce vaste et ambitieux projet.

Je laisse à Marie-Delphine Martellière le soin de continuer cette chronique : elle vous expliquera les nouveautés qu’elle a introduites depuis son arrivée il y a un an à la tête de notre équipe de la PFE, vous donnant des précisions sur les gains dans notre numérisation et la mise en ligne des journaux et revues, sur nos achats, sur les dons dont nous avons bénéficié, mais aussi les progrès dans l’accès à cette presse, grâce à la sagacité et aux compétences de Danielle Guiraudios, qui a conçu le site internet et le fait évoluer constamment jusqu’à la souplesse de l’outil dont nous disposons aujourd’hui. (JYE)

La liste des journaux et périodiques francophones que vous pouvez consulter sur le site de la PFE porte à votre connaissance plus de 200 titres qui sont parus en Égypte, sur des périodes plus ou moins longues, et cela depuis l’occupation française, à la fin du 18e siècle, jusqu’à nos jours.
Peu à peu, nous complétons et affinons les données de la toute première liste établie au début de ce programme sur la base des travaux de R. Solé, G. Viaud et J.-J. Luthi (2), par le biais d’une politique d’acquisition accrue et une recherche documentaire systématique sur l’ensemble des titres connus, enrichie par des échanges réguliers avec des chercheurs intéressés par le sujet ou dont les champs de recherche recoupent notre domaine d’investigation.

Fort d’une décennie d’existence, le service de numérisation du CEAlex bénéficie de l’expérience et de l’efficacité de 8 agents qui numérisent, mettent au format, nettoient avec patience et doigté, des milliers de pages, afin d’obtenir un document de qualité et utilisable. L’« océrisation », l’indexation et le développement des signets dans la version finale des fichiers pdf téléchargeables sur le site, vous permettent ainsi d’effectuer votre recherche aussi bien en plein texte, par mots clés, que par un accès direct aux chapitres ou articles qui vous intéressent. Nous nous sommes, à ce sujet, lancés dans une vaste entreprise d’extraction de la « titraille » – dans un premier temps limitée au Bosphore égyptien – et il vous sera désormais possible de connaître le contenu des fascicules avant même de les télécharger lors de l’interrogation de la base PFE, cette « titraille » se retrouvant bien entendu dans les signets de chacun des numéros de ce journal mis à votre disposition.

Par ailleurs, certains documents étant bilingues, nous avons trouvé pertinent de développer les signets dans toutes les langues associées, notamment en arabe, palliant ainsi modestement le fait que la reconnaissance optique des caractères n’est pas encore effective sur cette écriture.

Notre politique d’acquisition est soutenue, grâce à la présence au sein de l’équipe de chineurs émérites, qui achètent par sacs entiers des lots de journaux, grâce à un réseau de contacts – individuels ou institutions – qui nous prêtent voire nous font don de nombreux fascicules qui viennent compléter les collections déjà traitées. Nous tenons à remercier tout particulièrement l'Association du Souvenir de Ferdinand de Lesseps et du canal de Suez et son président, Arnaud Ramière de Fortanier, partenaire majeur dans la numérisation de la presse francophone associée aux villes du Canal.

Ainsi, nous sommes en mesure de vous proposer au cours des mois à venir, d’une part, des séries enrichies et, d’autre part, ne serait-ce qu’un numéro (mais c’est encourageant) ou plusieurs opuscules de titres pour lesquels nous ne possédions jusqu’ici aucun exemplaire.

Conservation et diffusion, tels sont les objectifs du service de numérisation. Alors, face au nombre grandissant de journaux et autres revues acquis dernièrement, nous avons désormais recours aux services permanents de Natasha Shehfe, diplômée du Département de conservation d’antiquités et d’objets d’art de l’Institut technologique d’Athènes,. Elle nous est d’une aide précieuse dans notre entreprise, tant dans la mise en place d’un véritable projet de conservation des documents au sein des bureaux du service, que dans le traitement, avant numérisation, de ceux qui sont endommagés. En effet, les différentes sources d’approvisionnement qui s’offrent à nous recèlent souvent des documents intéressants, voire rares, mais dont l’état de conservation est aléatoire. Les interventions d’une restauratrice spécialisée dans le papier nous donnent l’opportunité d’améliorer l’état d’éléments fragilisés et de vous en restituer une version numérique la plus complète possible.
Le DVD de la PFE, dans sa dernière version (4.9), comportait plus de 800 fichiers. Depuis, l’ensemble des nouveautés versées sur le site porte à près de 1100 le nombre d’exemplaires numérisés. La capacité des CD et autres DVD-double layer n’étant plus suffisante, nous avons été amenés à choisir pour les versions suivantes un nouveau type de transmission des données, via une simple clé USB, parallèlement à internet.

Enfin, les informations relatives à la fréquentation du site de la PFE, que nous recueillons de manière hebdomadaire, témoignent d’une utilisation régulière par certains internautes et d’un nombre de nouveaux visiteurs en constante augmentation. Mais, nous avons à coeur de faire connaître plus encore notre travail et le potentiel des ressources que nous pouvons offrir aux chercheurs et autres passionnés. C’est pourquoi, nous nous réjouissons d’avoir intégré le groupe de recherche Transfopress et d’exposer nos avancées et nos ambitions à l’occasion des réunions PFE (ou PAM = Presse Allophone de Méditerranée), telle celle qui s’annonce à Athènes au début du mois de mars prochain et, sous forme papier, au sein d’un nouvel opus des Études Alexandrines à paraître en cours d’année. (MDM)

Notes :

 (1) Ces deux diplômés de l’École Supérieure de Photographie d’Arles ont été recrutés comme photographes, respectivement  à l’Institut français d’Archéologie Orientale (Ifao) et au Centre franco-égyptien d’Étude des Temples de Karnak (Cfeetk). (Retour)

(2)R. Solé, L’Égypte, une passion française, Paris, Éditions du Seuil, 1997, p. 331-335 ; G. Viaud, « Plus de 200 années d’existence de la presse francophone en Égypte », Le Progrès Magazine, 18 juillet 2004, p. 8 ; J.-J. Luthi, La littérature d’expression française en Égypte (1798-1998), nouvelle édition remaniée, Paris, L’Harmattan, 2000. (Retour)

mise en ligne : avril 2009
aujourd'hui :